• Sans titre 3
  • slide new2
  • slide new7
  • slide new3
  • slidenew6
  • slide new5
  • slidenew8
  • slide new1
Partager sur Facebook
RECHERCHE DE TEMOIGNAGES

 

Pour la mise en place d'un observatoire des captures de grands salmonidés et de lamproies sur le bassin Rhône-Méditerranée-Corse

 


Sur le bassin Rhône-Méditerranée-Corse, l'aire de répartititon et les populations des deux espèces de lamproies migratrices (lamproie marine et lamproie fluviatile) sont très mal connues. De plus, alors que le bassin n'est pas censé abriter de grands salmonidés migrateurs, de grandes truites argentées sont pêchées sur un certain nombre de fleuves (dont le Rhône), des truites également argentées mais de petites tailles sont pêchées en mer, en zone côtière, et un saumon atlantique a même été pêché sur le Rhône en aval de l'usine de Beaucaire, en 1999. De ce fait, avant de pouvoir édicter des mesures de gestion et de restauration de ces espèces, il est donc nécessaire de mieux les connaître. Pour cela, il est indispensable de collecter des données sur ces poissons. Ces données nous permettrons de réaliser toutes les études nécessaires pour déterminer l'état des populations de lamproies et de confirmer la présence et l'état des populations de grands salmonidés migrateurs.

Si vous capturez ces espèces : lamproies et/ou truite de mer, sur le Rhône ou ses affluents directs, nous vous prions de bien vouloir contacter rapidement soit la Fédération de Pêche de l'Ardèche au 04 75 66 38 80, soit l'association Migrateur Rhône-Méditérrannée au 04 90 93 39 32.

Gardez précieusement ces poissons, il recèlent de précieuses informations.

Nous sommes également à la recherche d'informations de toute nature sur l'esturgeon qui peuplait autrefois le fleuve Rhône.
Merci d'avance pour votre participation.

PRINCIPALES ESPÈCES EN PREMIÈRE CATÉGORIE

La première catégorie piscicole correspond aux zones de moyenne montagne et de piémonts de notre département. Les eaux sont courantes et fraiches, donc bien oxygénées. L'espèce dominante est un salmonidés de haute réputation : la truite fario. Elle est accompagnée par un cortège d'espèces qui partagent son lieu de vie.

 

La truite fario et son cortège

 

La truite fario "Salmo trutta fario"
De la famille des salmonidés, la truite fario est un poisson aimant les eaux vives et fraîches.
Elle a un comportement territorial assez marqué, ce qui implique une hiérarchie dans la population d'un même secteur. C'est l'espèce reine de nos cours d'eau de montagne et de piémont.
Il existe deux souches de truites fario en Ardèche, réparties selon les bassins : la souche atlantique et la souche méditerranéenne. Elles se distinguent notamment par une robe zébrée pour la souche méditerranéenne.

Le vairon "Phoxinus phoxinus"
Ce petit cyprinidé, est l'une des proies préférées de la truite. Il vit en bancs pouvant atteindre plus d'une centaine d'individus. Lors de la reproduction en juin, le mâle arbore sa robe nuptiale : ventre rouge vif et petite cornes sur la tête.

Le chabot "Cottus gobio"
Petit poisson de la famille des cottidès, il arbore une grosse tête mais ne possède pas de vessie natatoire. C'est un piètre nageur qui se déplace sur le fond des rivières et ruisseaux aux eaux bien oxygénées.

Le blageon "Leucistus soufia"
Encore appellé soufie, il est l'un des représentant de la famille des cyprinidés d'eau vive. De petite taille, on le reconnaît grâce à sa bande violacée sur ses flancs. Il vit en bancs, mais peut être aussi solitaire. Il est représenté uniquement sur le bassin méditerranéen.

La loche franche "Nemacheilus barbatula"
Petit poisson de la famille des balitoridés, elle se caractérise par sa robe marbrée et ses barbillons. Comme le chabot elle vit sur le fond, bien souvent cachée sous les caillous. Son aire de répartition est toutefois plus large (zones à truites et zones à ombres).

Le barbeau méridional "Barbus méridionalis"
ou barbeau truité, de la famille des cyprinidés.
Cousin du barbeau fluviatile, il s'en distingue par sa plus petite taille et sa robe marbrée. Il fréquente les rivières et ruisseaux aux eaux courantes et bien oxygénées des zones de moyennes montagne. Il peut subsister sur des secteurs subissant des étiages marqués et où l'eau se réchauffe (période estivale). C'est un habitant très discret des rivières méditerranéennes du département

 

L'ombre commun : un étendard en plein courant

 

L'ombre commun "Thymallus thymallus"
De la famille des thymallidés.
Son nom latin viendrait de son odeur de thym. Néanmoins, c'est la présence de sa superbe nageoire dorsale colorée et ses grandes écailles brillantes bordées de noir qui permettent de l'identifier à coup sûr. Il a donné son nom à la zone de rivière large à forts courants et lit de galets, entre la zone à truite et la zone à barbeaux, dans laquelle il apprécie de trouver des fosses profondes. Il se reproduit au début du printemps sur les gravières en eau peu profondes.
Ce poisson, très recherché des pêcheurs, est présent sur le bassin de la Loire et une tentative d'introduction sur une partie de la rivière Ardèche a débuté.

 

Les poissons de lac

 

Le corégone "Coregonus lavaretus"
De la famille des corégonidés. On lui donne aussi le nom de féra, lavaret ou palée.
Il vit dans les eaux froides et profondes, en bancs pouvant être très importants. En Ardèche, il est présent uniquement au Lac d'Issarlès. Sa pêche est des plus spécifique : elle se pratique en barque, à plusieurs dizaines de mètres de profondeur avec une canne très sensible (le canin).

L'omble chevalier "Salvelinus alpinus"
C'est un adepte des grands lacs de montagne. Il a la particularité de pouvoir évoluer à de grandes profondeurs (parfois plus de cent mètres). En Ardèche, une tentative de réintroduction est effectuée depuis l'année 2000 dans le Lac d'Issarlès (déversement de 10 000 omblets par an, pendant cinq ans).

 

L'écrevisse à pieds blancs

 

L'écrevisse à pieds blancs "Austropotamobius pallipes pallipes"
C'est le crustacé emblématique des rivières françaises. Autrefois abondant, sa pêche était source de convivialité et de bonne chair, mais aujourd'hui bien peu de pêcheurs sortent encore leurs balances pour la capturer. Elle affectionne plus particulièrement les petits cours d'eau aux eaux fraîches et très oxygénées. On la retrouve donc plus particulièrement en première catégorie piscicole. Elle est également très exigeante sur la qualité de l'habitat, soit une bonne diversité de caches : blocs, sous-berges, débris végétaux, racines. Ces exigences multiples et précises en font une espèce très sensible aux agressions physiques et chimiques du milieu et lui confèrent ainsi une fonction de bio-indicateur remarquable de la qualité des cours d'eau. L'aire de répartition de l'écrevisse à pieds blancs n'a cessé de se réduire durant les 50 dernières années et des phénomènes de mortalité massive sont observés sur certains bassins ardèchois.

 

PRINCIPALES ESPÈCES EN DEUXIÈME CATÉGORIE

La deuxième catégorie piscicole correspond aux zones de plaine de notre département. Elle se compose de cours d'eaux plutôt calmes et larges, où les cyprinidés sont dominants (dénommés également poissons blancs : carpes, ablettes, gardons, chevesnes, brèmes…)
Les poissons vivants dans ces milieux ont besoin d'une eau calme et sont peu exigeants vis à vis de la température et du taux d'oxygène.

 

Les Carnassiers

 

Le brochet "Esox lucius"
Le brochet a un comportement sédentaire et solitaire. Il apprécie les zones riches en végétation où il peut aisément se mettre à l'affût. C'est un chasseur bondissant, qui grâce à ses nageoires situées très à l'arrière, est capable d'accélérations fulgurantes. Ce carnassier est très apprécié des pêcheurs.

Le sandre "Stizostedion lucioperca"
Les nageoires du sandre ne sont pas disposées de la même façon que celles du brochet, ce qui lui permet de chasser en poursuivant ses proies. Solitaire ou vivant en petits groupes, il chasse de préférence la nuit. Originaire d'Europe centrale, il a colonisé progressivement le bassin du Rhône. Le sandre est également un carnassier très apprécié des pêcheurs.

La perche commune "Perca fluviatilis"
Une nageoire dorsale épineuse, un corps élevé au dos bombé et des nageoires inférieures rouge vif permettent de l'identifier. Cette espèce est bien représentée dans les lacs et plans d'eau (notamment en première catégorie), les eaux à faibles courants ou saumâtres. Les perches sont des chasseurs visuels opportunistes et voraces qui vivent souvent en bancs parfois très importants. Le cannibalisme est très fréquent et le phénomène de nanisme apparaît si la nourriture est peu abondante.
La perche est en expansion en Ardèche, notamment en première catégorie (plans d'eau, lacs). C'est l'une des raisons pour laquelle, la pêche au vif est interdite en première catégorie.

Le black-bass "Micropterus salmoides"
Originaire d'Amérique du Nord, le black-bass vit dans bon nombre de plans d'eau et de rivières de plaine. C'est un chasseur solitaire aux goûts hétéroclites : larves d'insectes, grenouilles et autres poissons blancs. Il est doté d'une défense exceptionnelle : ses multiples sauts au bout de la ligne font le bonheur des pêcheurs sportifs.

Le silure glane "Silurus glanis"
Ce géant d'eau douce est un poisson discret, invisible dans les eaux boueuses des grands fleuves ou des lacs. Il se cache volontiers dans la végétation et les branchages. Originaire d'Europe centrale, il est de plus en plus présent sur le bassin du Rhône. Il peut dépasser les deux mètres de longueur.

 

La truite arc-en-ciel

 

La truite arc-en-ciel "Oncorhynchus mikiss"
La truite arc-en-ciel présente sur les flancs une bande de couleur pourpre à reflets irisés caractéristiques.
Originaire d'Amérique du Nord, elle est surtout connue en France comme un poisson de pisciculture. Elle fait l'objet de nombreux déversements sur les plans d'eau ou les secteurs perturbés de seconde catégorie piscicole décrits dans le P.D.P.G. Sa défense vive et ses sauts en font un poisson très prisé des pêcheurs sportifs.
Le parcours sans tuer de COUX abrite quelques beaux sujets.

 

Les grands migrateurs

 

Le saumon atlantique "Salmo salar"
Poisson emblématique par excellence, le saumon atlantique a disparu de la plupart des grands bassins fluviaux d'Europe où il abondait il y a moins d'un siècle. L'axe Loire-Allier est encore fréquenté par quelques centaines d'individus. En Ardèche, quelques sujets se reproduisent sur l'Allier, aux environs de Langogne. Un plan de réintroduction est en cours sur le Haut-Allier grâce à la salmoniculture de Chanteuges (Haute-Loire) qui est la plus grande salmoniculture de repeuplement d'Europe.

L'Alose feinte du Rhône "Alosa fallax rhodanensis"
Proche cousine du hareng, cette espèce de la famille des clupéidés est un migrateur. Elle passe sa vie en mer et comme le saumon, vient se reproduire en rivière. Malheureusement, les obstacles infranchissables que sont les barrages sans passes à poissons ne lui permettent pas d'accéder à ses zones de frayères. Toutefois, depuis quelques années, grâce aux efforts des gestionnaires (notamment de l'association Migrateurs Rhône-Méditerranée), l'alose est de retour sur la rivière Ardèche.

L'Anguille "Anguilla anguilla"
A l'inverse de l'alose, elle passe sa vie en rivière et va se reproduire en mer. Son lieu de reproduction se situerait dans la mer des Sargasses. Les alevins (les civelles ou piballes) reviennent sur nos côtes à la faveur du Gulf Stream pour ensuite regagner via les estuaires leurs lieux de développement. Ces civelles sont très prisées et se vendent à prix d'or, ce qui contribue malheureusement à une surpêche et un braconnage excessif mettant en péril cette espèce.
Document sur l'anguille 1
Document sur l'anguille 2

Calendrier des Évènements

se_module_calendrier_96 - style=default - background=
<<   201605<20174 mai 2017 >20176   >>201805
lun mar mer jeu ven sam dim
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
96201705

Sondage Poid Eco Pêche Région ARA

guide-pro-ardeche

Revenir en Haut